LE TABLEAU DES RESULTATS

Si j’étais née Américaine
On aurait pris mes mensurations
Et j’aurais reçu la toge et le mortier
Mais comme je suis Française
Je suis allée chercher mon nom
Sur le tableau des résultats

Si j’avais été Américaine
J’aurais bâclé quelque essai à la dernière minute
Puis j’aurais fièrement défilé
Avant qu’il ne soit corrigé
Saluant la foule étalée
Sur les pelouses du campus
Fière et endimanchée
Parents, sœurs. frères, tantes et oncles

Mais j’ai pris le bus le jour-dit
Sans tambours ni trompettes
Sans Pomp and Circumstance
Priant que mon nom figure
Sur la liste des étudiants reçus
Puis je suis rentrée chez moi,
La joie au cœur

Si j’étais Américaine
J’aurais reçu une accolade, une rose
Mon beau diplôme sur un podium
Et devant la caméra
Moment dont j’aurais longtemps rêvé
Comme les champions de natation
Ou de course visualisent la Victoire
Moi, je n’avais même pas pensé
A visualiser mon nom sur la liste

Mais il était là! Et j’ai bien reçu
Mon petit diplôme imprimé
Sur rouleau d’imprimante aux rayures alternées
Vertes et blanches avec les trous sur les côtés
Par la poste peu de temps après.

Aurais-je fait encadrer
Le vélin parchemin dans un cadre doré
Au lieu de celui chiné aux puces

Et aurais-je continué sur la même lancée ?
En visant droit vers les étoiles ?

La vie est-elle un peu moins dramatique
Parce que je suis Française?
Est-elle un peu moins clinquante
Aurais-je gravis les échelons avec plus de courage?

A la place je me suis contentée de trouver mon nom
Imprimé parmi les autres sur la liste des reçus
A quoi tient notre destinée.


Dans ma série des souvenirs universitaires.
Bonne journée à tous et toutes !

WATERGATE

WATERGATE

Le titre est trompeur, je vous préviens
J’ai tout oublié du Watergate scandal
Ce qui me reste ce sont ces heures
un samedi matin lumineux
dans le grand hall aux baies vitrées
transformé en salle d’examen
où, en rangées de tables et chaises alignées
nous sommes rassemblés
pour ramer, forçats silencieux
sur un sujet au programme
Je tombe sur Watergate

Je remplis soigneusement les pages
Ca coule à flot, je dois avoir les choses bien en tête
moi qui n’ai jamais été bonne en histoire

J’ai, depuis, tout oublié de Watergate
Mais ce dont je me souviens
C’est d’avoir levé le stylo et les yeux
Pour reprendre souffle et penser
et d’avoir rencontré le regard de la prof brièvement,
puis d’avoir remis le stylo-plume à l’encre bleue
sur la page lisse

Etait-elle impressionnée, inquiète,
me jugeait-elle ? me surveillait-elle ?
me soupçonnait-elle de triche ?
m’encourageait-elle par télépathie ?
m’accompagnait-elle dans la souffrance ?

Je ne le saurai jamais

Ce que j’ai retenu de Watergate
c’est cet échange si rapide
cette attention à mon être.


Je continue ma série de souvenirs universitaires. Après la France on passera aux Etats Unis.