TRAUMA DE PRINTEMPS

Observations du café local où j’observais les gens de mon périscope de table. Mon humeur de Schtroumpf grincheux n’a pas changé en deux semaines. Donc je persiste, et signe :

TRAUMA DE PRINTEMPS
Je n’aime pas Avril
Avril me rend frileuse
Tous ces fils d’avril me défrisent
Frasques du froid une dernière fois
Je souffre dans les dernières bourrasques

Avril, tu parles !  je frissonne
Alors que les poissons frétillent
Fébrile, je rouspète

Rien de frivole ces temps-ci
Tous les gens s’habillent en gris
Parti le confort de l’hiver
pas encore là l’été brûlant
pas même un léger réchauffement

Je crains le froid
Me recroqueville
On est tout gris, tout dégrisés
Déguisés en zombies défrisés.

One thought on “TRAUMA DE PRINTEMPS

Leave a Reply to carnetsparesseux Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s