Poème #27: RAP DE LA DLF*

 

Ceux qui font des commentaires
Sur YouTube
Moi je leur mettrais 0/20
En orthographe
Et en grammaire
Par exemple je leur dirais
On ne dit pas C mais C’est
Autres exemples :
« Et lui WOW, il en voulais !!! »
« J’ai toujours aimer cet homme.
(en parlant de Balavoine)

Il faut le faire !
C’est même extrême
Est-ce que c’est par défi ?
C’est tout de même recherché
Il y a de la créativité !

Môa, Monsieur, j’ai appris à écrire
Au porte-plume Sergent Major
Avec un buvard
L’ écriture puis la grammaire
Les phrases et le vocabulaire.

Mais je ne suis pas pète-sec
Je voudrais juste un français correct

Il leur faudrait faire un boot-camp
Avec plume et encrier
A faire des pleins et les déliés
Elles sont parties, I-E-S !
Toutes ces lettres cachées dans la langue parlée
Et que l’on n’entend pas.
Ils s’étaient perdus !

Et pas le droit d’écrire au stylo à bille !

Je me revois en CM2
Le prof faisant les cents pas
Nous calculant fébrilement les accords
Sur le papier.
La course contre la montre

Moi qui n’ai jamais parlé un langage très châtié
J’avais appris les règles
Avant de les transgresser

Les défenseurs de la langue Française.
Dénoncent la dérive du tout-anglais
Les anglicismes, Ils n’ont pas tort.
Mais si c’était seulement l’anglais !

Oh je n’ai rien contre l’anglais
J’ai fait des études d’anglais
Je le maitrise
Et après près de trente ans à parler anglais
J’ai toujours gardé mon accent.

Je n’ai pas dit adieu à la langue française
Je ne suis pas une traitresse
Je suis partie pour insidieusement infiltrer
Les pays étrangers,
Pour propager notre langue
Et il m’a fallu pour ça
Oui, apprendre l’autre, celle de Shakespeare
Mais l’ennemi ce n’est pas l’anglais

Ce qui ne va pas c’est la dégradation de tous les côtés
Une sorte de charabia transformé
La langue des textos, les mots tronqués
Une sorte d’esperanto désespéré
Un vocabulaire qui vient d’on ne sait où
Une orthographe basée
Sur un système phonétique simplifié
qui reflète le laisser-aller.

Ce n’est pas l’anglais, le vrai ennemi
C’est le rejet (tout naturel) des conventions
Comme Brassens l’avait fait
Le besoin de différentiation
Comme le verlan autrefois
Le besoin d’un patois nouveau
Pour bluffer les vieux schnocks
Pour choquer les instituteurs
Pour s’imposer, quoi
Un code secret pour appartenir
A un groupe exclusif (de nuls)

J’aime les gens qui se battent
Pour la langue Française
Comme les Québécois

Battons nous ! Contre quoi ?
Les anglicismes !
Les néologismes !
Les grandes migrations des peuples !
L’évolution naturelle !
Les envahisseurs !
Attila le Hun !

Je me propose de la défendre à moi toute seule,
avec ce blog et mes poèmes.

 

DLF : Défense de la langue française (DLF) est une association française dont l’objectif est la défense et le rayonnement de la langue française au niveau national et international.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s